EPID - coordonnées

Partager

Lycée Vauban Dunkerque
Scolinfo logo

Accès à ProNote
pronote logo
infos + guides

Archives du blog

icone plaquette EPID La Revue EPID/VAUBAN
- Télécharger
- Consulter en ligne

projet-educatif-epid-auban Projet Éducatif et Pédagogique groupe EPID/VAUBAN
- Télécharger
- Consulter en ligne

Envie de nous contacter ?

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Facebook
Twitter
Youtube

EPID option Théâtre et le Bateau Feu

Les habitants du Dunkerquois ont massivement répondu à l'appel du Grand Voyage, en s'engageant individuellement ou par le biais des nombreux partenaires qui se sont associés à la fabrication de la parade : villes, maisons de quartier, centres sociaux ou d'insertion, collèges, lycées, etc.

Parmi ceux-ci l'Èpid, dont une partie des élèves et des enseignants emmenés par Damien Engloo s'est engagée à corps perdus dans le tableau Le Mariage confié au Turak Théâtre. Témoignage...

 

Complètement à la Rue... 

 

Pourquoi vous êtes-vous engagés dans cette aventure ?

Damien Engloo : Le Grand Voyage nous a tout de suite séduits car il nous permet justement d'impliquer nos élèves dans toute leur diversité au sein d'un même projet.

En premier lieu, vingt-quatre élèves du lycée général et technologique de l'option théâtre, puisqu'ils seront dans la rue, acteurs et manipulateurs en compagnie des comédiens du Turak, ils ont même construit leurs marionnettes.

Mais aussi les élèves du lycée professionnel qui ont construit de fantastiques "machines à jouer" roulantes.

Les élèves de Structure Métallique ont mis sur roue d'étonnantes constructions électroménagères, tandis que les bac pro Systèmes électroniques et numériques ont sonorisé des machines à laver que vous pourrez voir et entendre passer "et fer à repasser" lors du défilé, je ne vous en dis pas plus...

Les élèves de Productique ont usiné des essieux, ceux de Maintenance ont mis la touche finale aux constructions pour en peaufiner l'esthétique avec la complicité des professeurs d'Art Plastique.

Des adultes et jeunes musiciens, du lycée ou pas, ont rejoint le groupe.

L'Épid a joint sa logistique à celle du Bateau Feu pour que tout ce petit monde puisse se rencontrer et répéter.

En terme de rencontres et d'ouverture, on ne pouvait rêver mieux.

 

 

Comment est spécifiquement travaillée la question de la rue et de la déambulation ?

Le spectacle de rue a ses règles et ses contraintes : il faut donner à voir sur les deux côtés de la route, occuper un vaste espace, créer des images fortes et lisibles en quelques minutes.

Mais à Dunkerque, nous avons un certain savoir-faire quand il s'agit de "faire la bande" dans la rue, et j'ai même des élèves surentraînés à cet exercice.

Nous sommes partis d'improvisations au plateau avec les marionnettes pour progressivement y introduire les machines roulantes et agrandir l'espace. 

 

 

 

Comment les élèves se sont-ils appropriés l'univers bien particulier de Michel Laubu et du Turak Théâtre ? 

Si l'Épid fait ce tableau du mariage avec le Turak Théâtre, ce n'est pas par hasard.

Les fiançailles durent depuis longtemps.

Nous nous sommes déjà retrouvés sur bien des spectacles, répétitions publiques, dispositif ARTS.

Nous sommes même très fiers d'avoir été les derniers à monter avec eux sur le grand plateau du Bateau Feu avant les travaux.

Mais je dois confier qu'il s'agit d'un "mariage arrangé", les "entremetteurs" du Bateau Feu nous avaient déjà associés en provoquant un rendez-vous décisif lors du "vrai faux" déménagement du Bateau Feu en octobre 2011.

Depuis, on ne s'est plus quittés... Les élèves, en majorité, connaissaient donc déjà Michel Laubu et son univers fait d'objets détournés et de marionnettes.

C'est du sérieux, on ne s'est pas mariés sur un coup de tête...

 

 

 

Damien ENGLOO - Article paru dans "Le Journal du Bateau FEU en Promenade" Juin-Juillet 2013