EPID - coordonnées

Partager

Lycée Vauban Dunkerque
Scolinfo logo

Accès à ProNote
pronote logo
infos + guides

Archives du blog

icone plaquette EPID La Revue EPID/VAUBAN
- Télécharger
- Consulter en ligne

projet-educatif-epid-auban Projet Éducatif et Pédagogique groupe EPID/VAUBAN
- Télécharger
- Consulter en ligne

Envie de nous contacter ?

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Facebook
Twitter
Youtube

L'EPID : un quinqua dynamique

Du 21 au 25 mai, direction, enseignants et anciens du lycée professionnel EPID de Dunkerque organisent une semaine d'animations pour le cinquantenaire de l'établissement.

Souriants, volubiles et motivés, Jean-Baptiste Doublecourt, Vincent Cuvillon, Gaël Baert, Débora Mocq, Anthony Sagot et une dizaine d'autres lycéens et étudiants parlent sans peine de leur établissement.

Respectivement président, vice-présidents et membres du CVL (conseil de la vie lycéenne), ces jeunes sont dans la dernière ligne droite de la préparation du cinquantenaire de l'EPID. 

« La consigne de départ c'était qu'il y ait une semaine d'animations et que nous nous occupions de la soirée dansante lycéens/étudiants. » Cette soirée aura lieu le vendredi soir. « Une salle sera dédiée aux années 80, précise Jean-Baptiste et une autre au spectacle, pour les plus jeunes. » Le principe est simple et participatif : le spectacle se présente sous la forme d'un concours de talents : des humoristes, cracheurs de feu, chanteurs... « Ce sont tous des élèves ou des professeurs » relève Vincent. Sourires aux lèvres, remarques de dernière minute, tous sont fiers de mener à bien ce projet.

Dans leur façon de parler de l'EPID, on ressent une adhésion. Bien loin des clichés que l'on entend à l'extérieur, loin de ces raccourcis sur la mauvaise réputation supposée du lycée. « C'est à cause d'une minorité, réagit tout de suite Débora Mocq. On n'est pas tous comme ça. » Parole de fille, de surcroît, l'une des 50 sur près de 1 000 élèves dans le lycée. « L'EPID, c'est comme ma deuxième famille »... Et de développer toutes les options qui apportent une « valeur ajoutée » au parcours suivi à l'EPID. « Le théâtre, par exemple, c'est à la fois de la scène et de la technique. Nous avons des liens avec le Bateau-feu aussi. » Sans compter la section européenne, le sport, les cours supplémentaires dédiés à l'anglais. « Il y a sept ans, lorsque je suis arrivé, raconte Jean-Baptiste Doublecourt, j'avais redoublé ma 4e, je n'étais pas parmi les meilleurs. Je ne voulais pas trop travailler... Puis, avec tous ces choix de filières et la motivation donnée par les professeurs, j'ai fini par trouver. Je passe un bac STI pour trouver du travail dans l'électro-technique. Je suis épanoui. ».

Pour Sylvain Le Sant, directeur depuis neuf ans, cette motivation et cette soudure avec les enseignants se retrouvent par la suite, dans le lien entre les générations. « Il n'y a pas de sélection à l'entrée. Le « truc » de l'EPID, c'est sa réputation, sa motivation et sa fonction d'ascenseur social. On forme autant de futurs ingénieurs que d'ouvriers, d'exécutants que de chefs d'entreprises. Il suffit de regarder dans les générations précédentes. » Qui, pour beaucoup, seront présentes le jour du cinquantenaire.

(source : Le Phare Dunkerquois du 16/05/2012 article par Claire HOHWEYER)  


RETROUVER ici, toutes les informations sur le programme de nos festivités durant la semaine du 21 au 25 mai 2012 !
Dans l’attente de vous (re)voir...