EPID - coordonnées

Partager

Lycée Vauban Dunkerque
Scolinfo logo

Accès à ProNote
pronote logo
infos + guides

Archives du blog

icone plaquette EPID La Revue EPID/VAUBAN
- Télécharger
- Consulter en ligne

projet-educatif-epid-auban Projet Éducatif et Pédagogique groupe EPID/VAUBAN
- Télécharger
- Consulter en ligne

Envie de nous contacter ?

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Facebook
Twitter
Youtube

Classement des Lycées 2018

Lycée EPID dans le TOP 10
des lycées du Nord -Pas-de-Calais

* Lycée EPID LEGT : 7ème sur 136 lycées de l’Académie de Lille.

* Lycées LP :
- EPID : 1er LP Industriel du Dunkerquois.
- VAUBAN : 1er LP Tertiaire du Dunkerquois.

cliquez pour visionnerA LIRE : "L’ÉPID EN TÊTE DES LYCÉES DU DUNKERQUOIS" Article du Phare Dunkerquois 18.04.2018

Les lycées Angellier et l’EPID figurent dans le top 10 de l’académie de Lille pour leur taux de réussite au Baccalauréat 2017. Leurs proviseurs sont satisfaits des bons résultats, mais ne veulent pas crier victoire trop vite.



CLASSEMENT DES LYCEES LEGT :

Respectivement troisième et septième sur 136 lycées de l’académie, le lycée Angellier et l’EPID peuvent s’enorgueillir d’un tel palmarès. Pourtant, Annie Dupond, chef d’établissement à l’EPID, ne veut pas se réjouir trop vite : «  Il faut rester prudents vis-à-vis de ces classements. Nous sommes ravis de figurer parmi les meilleurs lycées, mais cela peut changer d’une année à l’autre. Nos résultats dépendent essentiellement de nos élèves. Selon la génération, nous n’avons pas la même réussite au Bac. Pourtant, les enseignants et notre approche pédagogique restent les mêmes.  »



L’EPID, qui accueille toutes les filières scientifiques (du Bac S aux STI2D – Sciences et technologies des industries et du développement durable) affiche un taux de réussite de 99 % au Baccalauréat 2017, sur les 73 élèves présentés. «  Il n’y a qu’un seul élève qui ne l’a pas eu, l’année dernière.  », précise Olivier Bécuwe. Le directeur adjoint du lycée scientifique tempère, « la réussite au Bac, c’est bien, mais ce qui nous importe c’est surtout l’après. L’essentiel, c’est que nos élèves aillent dans la filière de leur choix dans le supérieur.  » 

Les mentions intégrées pour la première fois au classement :

Cette année, l’académie de Lille a pris en compte les mentions des bacheliers (assez bien, bien ou très bien). Gilles Féryn (qui enregistre 66 % de mentions) s’en félicite : «  C’est un critère pertinent et une belle reconnaissance du travail des élèves et des enseignants, mais aussi de tout le personnel ! On essaye de construire un climat de sérénité dans le lycée pour que tout le monde soit dans les meilleures conditions pour réussir.  ».  


Notre palmarès 2018 des lycées de l’enseignement général et technologique :

Chaque année, l’Éducation nationale publie les résultats des lycées. À partir de ces résultats, nous réalisons un classement des établissements d’enseignement général et technologique du Nord et du Pas-de-Calais.

1. À quoi servent ces données ?
Le ministère de l’Éducation nationale rappelle chaque année qu’ « il ne s’agit pas de réaliser un classement des lycées » mais de « rendre compte des résultats du service public national d’éducation ». Une batterie d’indicateurs sur « l’action propre de chaque lycée », laissés à l’appréciation des recteurs, des chefs d’établissement et des parents.

2. D’où viennent ces résultats ?
Ces résultats sont établis à partir de plusieurs indicateurs : le taux de réussite au bac et le taux d’accès au bac, c’est-à-dire la proportion d’élèves de seconde ou première qui ont le bac en ayant fait toute leur scolarité dans l’établissement. Le ministère cherche à évaluer la capacité des lycées à accompagner leurs élèves jusqu’à l’obtention du baccalauréat, quel que soit le temps nécessaire pour y arriver. Nouveauté cette année, le taux de mentions obtenues au bac : « Un indicateur qui n’a de sens qu’en terme de valeur ajoutée, si l’on considère le profil des élèves », précise le ministère. Un indicateur qui permet d’apprécier « dans quelle mesure les lycées parviennent à tirer le meilleur de leurs élèves », « pertinent pour les lycées dont les taux attendus de réussite au baccalauréat sont très hauts (proches de 100 %) et dont les valeurs ajoutées correspondantes ne peuvent donc pas être très élevées ».

3. Qu’est-ce que le taux d’accès de la première au bac ?
C’est la proportion d’élèves qui obtiennent le bac en ayant fait leur scolarité depuis la première dans l’établissement. Nous avons choisi d’en faire notre premier critère pour classer les lycées. Un critère bien plus pertinent que le pourcentage de réussite au bac d’un établissement.

Le taux d’accès indique en effet la capacité du lycée à accompagner ses élèves jusqu’au bac. Contrairement au taux de réussite au bac qui ne nous dit rien des élèves perdus en cours de scolarité parce que pas assez bons. Pourquoi ne pas considérer plutôt le taux d’accès de la seconde au bac ? Parce qu’après la seconde, les élèves peuvent choisir de changer de lycée pour un tas de raisons (changement d’orientation, de séries...).

4. Qu’est-ce que la valeur ajoutée ?
La valeur ajoutée, notre deuxième critère, mesure la différence entre la réussite d’un lycée et celle qui était attendue de lui : entre les résultats obtenus et les résultats espérés, compte tenu des caractéristiques scolaires et socioprofessionnelles des élèves. La « question est de savoir ce qu’un lycée a «ajouté» au niveau initial de ses élèves. » Le calcul prend en compte l’âge et le sexe des élèves à leur entrée dans l’établissement, l’origine sociale, le niveau scolaire... L’idée est de mesurer la performance de lycées comparables. Une valeur ajoutée positive signifie que l’établissement fait mieux que la moyenne des autres établissements qui lui ressemblent.

 


Notre palmarès 2018 des lycées professionnels :

Chaque année, l’Éducation nationale publie les résultats des lycées français. À partir de ces résultats, nous établissons un classement régional. Après les lycées d’enseignement général et technologique, les lycées professionnels.

   


1 Comment lire ce tableau ?
Comme chaque année, avec beaucoup de recul. L’Éducation nationale ne réalise pas de classement, elle calcule des résultats bruts, les taux de réussite et d’accès au bac, la valeur ajoutée, c’est-à-dire la différence entre les résultats qu’attendaient de lui l’Éducation nationale en termes de réussite et les résultats effectifs du lycée. C’est nous qui établissons un classement à partir de plusieurs critères : le taux d’accès de la seconde au bac, notre premier critère, la valeur ajoutée du taux d’accès au bac, notre deuxième critère, le taux de réussite au bac, le troisième... Cette année, l’Éducation nationale a ajouté une nouvelle donnée : le taux de mentions obtenues au bac. Un indicateur supplémentaire qui permet d’apprécier « dans quelle mesure les lycées parviennent à tirer le meilleur de leurs élèves » et « qui n’a de sens qu’en terme de valeur ajoutée », précise le ministère.

2 Pourquoi classer en fonction du taux d’accès de la seconde au bac ?
Le taux d’accès de la seconde au bac montre la capacité d’un lycée professionnel à accompagner ses élèves tout au long du cursus de trois ans, de la seconde jusqu’à l’obtention de leur baccalauréat.

Pour les lycées généraux également publiés ce mercredi, nous choisissons le taux d’accès de la première au bac car beaucoup de raisons étrangères à la qualité de l’établissement peuvent expliquer le départ d’un élève après la seconde (choix d’options, de formations non proposées par le lycée, par exemple).

3 Qu’est-ce que la valeur ajoutée ?
La valeur ajoutée mesure la différence entre ce que l’Éducation nationale attend d’un établissement et son résultat effectif. Si elle attend d’un lycée qu’elle accompagne 90 % de ses élèves jusqu’au bac et que seuls 85 % y accèdent : la valeur ajoutée est négative, moins 5 points. Elle est positive quand le lycée fait mieux qu’espéré. L’Éducation nationale calcule la performance attendue d’un lycée comparativement à un autre lycée équivalent dans la région, en s’intéressant à ce que met en place un lycée pour porter ses élèves vers la réussite et en éliminant les facteurs extérieurs à l’action propre du lycée, comme l’origine sociale des élèves qui peut interférer.

 

(source : La Voix du Nord du 21 mars 2018 et 22 mars 2018).